WAOUH !!
5 journées lumineuses, 4 débutants décidés,
le dojo rempli et foisonnant de nous 15.

Ballotés, remués, étourdis, traversés de milles émotions sous la rigueur et la précision laminante et généreuse de Bernard.
Un immense merci à lui d’être venu comme chaque année nous réveiller et semer un peu de tempête dans nos habitudes.


Travail du geste, sans arc ni flèche.
Être habité par la ligne. Verticale, horizontale, diagonale.








Se conformer à l’étude. Absolument ne rien rajouter.
Débusquer en nous les torsions les tricheries les manques,
et les émotions qui leur ont donné naissance.
Être présent à soi même et à ce qu’on fait. Aucune habitude.
Qui fait quoi? Qui veut quoi?



Se connecter à la ligne, ouvrir sa poitrine, lâcher dans l’instant.
Que l’on soit débutant ou plus ancien, absolument ne pas viser
ne pas attendre un quelconque résultat.






Au coeur du Printemps, le Kyudojo du parc oriental de Maulévrier a résonné du claquement des arcs et de l’envol des flèches. Le petit groupe d’archers studieusement s’est frotté à une étude de rigueur et d’ardeur.
Tirer à l’arc selon les ordonnances qu’il transmet, n’est pas toujours aisé.
Mais s’y conformer a pu révéler à chacun des qualités ignorées, des sensations tellement nouvelles, des émotions jusqu’alors camouflées, des chemins de vie encore méconnus, enfin un monde de vie mystérieux.
Oui l’arc permet cela, le Kyudojo dans sa splendeur printanière accorde cela. Remercions l’un comme l’autre par une immense gratitude, source inépuisable de changement et  d’équilibre.

                                                                         yusen ??