Kyudo-La voie de l'Arc

LE FUBOKAN DE FRANCE

Catégorie : Le mot du jour

détresse

La détresse Inconfortable, insupportable.

Quand on voit avec ce regard implacable autant qu’aimant, impartial autant que loyal, apparaissent les détresses qui dévastent et submergent. Aussi, vivre c’est développer et être familier de cette façon d’observer sans les émotions de jugement, de comparaison et d’analyse.
Quitter le « moi je » qui déforme.

La plupart du temps, le désarroi s’incruste, on s’y habitue et la désolation inflige un dehors catastrophique. L’insupportable devient une manière de vivre, une manière d’être créant des mœurs, des attitudes, des coutumes, des croyances artificielles. On exclut ce que l’on ne veut pas regarder en nous. Appliqué à la société, cela bascule si facilement dans de la haine et la ségrégation…
Les conflits, les guerres sont issues de ces déséquilibres.

Pourtant l’Aikido, le Kyudo, Méditer, peut œuvrer à la reconquête de nos intérieurs trop abimés. Il s’agira de libérer cet espace, déblayer les obstacles inutiles et découvrir notre vraie nature spacieuse. D’autres voies bien heureusement respirent, mais celles-ci, je les fréquente et elles me nourrissent.
Cela étant je vous les fais partager.
Il m’arrive trop souvent de constater le choix désastreux de retourner dans les aises d’une vie facile et pauvre pour quitter celle de la pratique et de ses enseignements résolument inconfortables mais remplis de toutes leurs profondeurs éclairantes.

La Discipline est là pour que l’esprit de gagne disparaisse au profit de l’esprit de l’Etre. Mais désormais qui veut cela ?

La vie de nombreuses personnes s’est noyée dans une habitude de l’insupportable, les corps peinent dans leur dureté, le desséchement et l’insensibilité. Le monde du sentir, de l’invisible est figé et l’on ressasse continuellement. Alors celles et ceux qui tentent de voguer vers plus de lumière apparaissent comme des originaux, des énergumènes, voir des fâcheux.

Il semblerait que nous créons le monde qui nous entoure.

Je souhaiterai par ces quelques lignes, alerter vos réflexions sur les vagues qui animent la vie d’un pratiquant engagé.
Au début, il y a immanquablement une période romantique qui nous remplit. La pratique, l’immersion dans le groupe, rendent ce moment engageant, plaisant. Souvent cela correspond à nos idées et conforte le sentiment que nous avions raison. On apprend assez vite et le tir (Kyudo) les chutes et le marcher (Aikido) se mettent en place grossièrement. Après avoir résolu les première tendres difficultés de la prise de l’arc et d’un lâcher embrouillé (Kyudo) , la flèche vole vers le makiwara. Le bain exotique nous porte, on rêve de tirer à la cible et l’on s’interroge du fait qu’on n’y soit pas déjà… Tout cela est normal, se répétant en nuance pour chaque pratiquant. L’étude se déroule ainsi pendant quelques années dans ce climat quelque peu idéaliste où le mystère, de temps à autre, fait quelques apparitions dans les émotions. Quelques regards interdits trahissent le passage de l’ange, bien vite contrôlé, censuré, nié.
Parfois la flèche rejoint la cible et malgré l’avertissement qui tombe d’une manière implacable, on demeure convaincu de sa bonne réalisation. Tout cela est normal, habituel, commun.

Il me fut dit, il y a de cela bien longtemps que la pratique est romantique. Cela se confirmait dernièrement : la vision de la nature est un état de romance.
Il est vrai le romantisme ne fait pas parti des cultures orientales, mais n’ai je pas vu quelques fois mes professeurs verser une larme pudique devant un fait de la nature qui pourrait paraître anodin.
Cette réflexion toucha fortement la sensation poétique et mystérieuse des choses que j’appréhende. Chaque regard, chaque sensation, chaque contact, chaque bonjour, déborde de ma pensée, la submerge pour toucher au mystère.

Mes lignes depuis longtemps guettent ces mots qui sonnent et pourraient retentir d’un absolu cellulaire, un frissonnement brûlant.

Pourrais je m’y noyer un jour ?

Les premiers pas de notre corps débutant nous font appréhender cette innocence. Cette pureté qui nous habite probablement à la naissance et même avant. Elle est aussi dans l’arc qui s’ouvre et dont la flèche jaillit. Je constate et déplore que cette phase-instant dure si peu ou n’existe même plus, laissant la place aux élucubrations intelligentes, raisonnées, calculées et donc imbues.

La raison ne supporte plus rien d’autre qu’elle-même.

Le mal-être habite le monde, justement pour avoir quitté cette innocence. Un pressentiment saisit le chemin à prendre. Il sera long, extrêmement long et difficile.

Découvrir qu’il existe est la vraie victoire.

Nous allons alors quitter un inconfortable travesti de rôles, pour pénétrer un autre inconfort, parfois tonitruant. L’insupportable habituel n’est plus appréhendé, enfoui sous des épaisseurs de devoir et de charges.
La confrontation sera brulante, Elle durera des années. Elle bousculera toutes nos convictions, remplacée par un instinct affectueux. L’intuition romantique sera salutaire, la nature complice en soutien, en exemple. Revenir à cet état de débutant est bien plus qu’une histoire d’humilité, de modestie mais un sens vital essentiel.
Alors répéter les gestes devient un délice que l’on déguste. Ça bouge du dedans, la réussite est dans l’ouvrage et l’intention. La fantaisie apparait alors dans la rigueur de l’œuvre.

Yusen

Il fut dit que je ne dévoilerais pas ce texte, trop rugueux, intraitable.
Lecture après lecture je l’allégeai de mes formules trop cassantes, trop exigeantes et cela faisant j’entame ma démarche toute personnelle vers un peu plus de tranquillité.
Je vous le livre donc et faites à votre convenance.

Jérémiades clairvoyantes

« Plus je vieillis et plus je trouve qu’on ne peut vivre qu’avec les êtres qui vous libèrent et qui vous aiment d’une affection aussi légère à porter que forte à éprouver» 
                        Albert Camus à René Char


Pratiquantes et Pratiquants

Une fois n’est pas coutume, depuis les années 1982 où je partage la pratique de l’arc en tant que guide de cette magnifique discipline, je vais vous compter de cette émotion qui me submerge chaque fois que je tente de guider le groupe...

Une fois n’est pas coutume et permettez moi ces confidences et vous raconter cet état d’âme qui me traverse actuellement.

A propos de mes écritures

Il est des vents qui traversent le pratiquant que je suis et qui découlent de mes pratiques, J’ai tenté de les exprimer au travers de mes écrits, les mettant au service de ma relation à la nature, le ferment de notre activité.

On peut y deviner mes asphyxies devant le monde en perdition mais ces contemplations me nourrissent, me corrigent comme le ferait un maitre qui me fait défaut.
Je ne recueillis que très peu d’échos à ces pages à part quelques personnes hors groupe qui sont venus vers moi pour relater leurs impressions à la lecture de mes mots et m’encourager dans ce choix d’écriture de débutant.

Pourtant les perceptions ou les émotions partagées, voir les critiques me permettent ainsi d’améliorer cette griffe balbutiante et éventuellement de consolider, affiner et nourrir une relation d’étude qu’il peut y avoir entre nous.

Oui, écrire je le voudrais par des mots dont la musique et le sens éprouve le lecteur autant que l’écriveur. Oui je désire m’engloutir au coeur du verbe et de son chant, à l’image de l’archer qui s’enfonce avec courage dans les profondeurs de l’instant d’un lâché instantané.

Il est de coutume dans les enseignements que le guide taise ses doutes ou les questions qui le traversent sur la pratique.
Je déroge comme vous le voyez à cette règle et je m’en excuse.

Mais cette fois-ci, je voudrais y aller plus directement, plus promptement et partager un point essentiel à mes yeux de ce qu’il se passe en moi !
Cela pourrait être aussi un exemple, un risque...

A propos du partage

Il est dit :

« Il n’y a pas de pratiquant doué ou habile mais un état participant du degré d’éveil de chacun »
Cet état d’éveil semble manquer. La relation à la nature comme essentielle sensibilité de conscience est trop dictée par les loisirs stéréotypés. Tendre vers un état d’épanouissement, est aussi cette communication instinctive et sensible qui relie, nourrit, habite, gommant les éternelles attitudes égocentriques.

Actuellement, rien de cela ne transpire dans le corps des archers, ni dans leurs dires.

Bien sur, cette vague consternée, désolée, voir bouleversante, demeure un vaste sujet d’étude toute personnelle, intime et je ne manque pas de m’y atteler sachant pertinemment que tirer, est cet état «où nulle émotion ne vient perturber le lâcher.»

Je me livre à mon ami Dominique qui est d’une belle écoute, à ma compagne qui rencontre les mêmes difficultés, sans que nous sachions vraiment comment faire. Cela étant dit, bien que navrés, nous gardons le feu sacré, ravivés par quelques rares personnes qui semblent plus ouvertes à mes jérémiades.

Mes maîtres ont disparu.
Il y a bien longtemps quand je partageais avec Suzuki Sensei mes interrogations sur le fait de guider un groupe et ses difficultés alors que j’étais tout débutant à ce qu’il m’arrivait, ce qu’il me tombait dessus, avoir l’immense responsabilité de faire découvrir la voie de l’arc, moi même ignorant son sens profond. Cela me troublait et risquait de me corrompre. Mais une intuition irrésistible guidait mes pas, chemin qui n’irait désormais nulle part ailleurs.

Un maitre, un jour rencontré me dit :

« si tu cherches quelque chose enseignes le »

C’était tellement surprenant dans ce pays où le sens du maître a tellement d’importance pour un étudiant de la voie. Et comme tout précepte, cela peut nous faire divaguer hors du vrai chemin et peut aviver un égo déjà trop grand.

Ainsi, il m’a semblé suivre des pas déjà tracés. Cela étant, je décelais un peu d’arrogance de ma part devant cet emballement et redoublais d’allant à pratiquer. Ne voyant le maître qu’une fois par an, cela me semblait bien présomptueux mais là était mon chemin et il fallait que je m’en accommode ou que cela devienne un atout.

Le senseï me conseilla de couper les branches mortes qui pesaient sur un tronc trop fragile. Ce que je fis en arrêtant tous les stages que j’animais alors parcourant le territoire de l’est à l’ouest et du nord au sud. Je me consacrais alors presque essentiellement au Kyudojo et Aikidojo. Je diversifiai mes lectures, mes rencontres intuitives d’études qui pourraient servir la voie.

Je réfléchissais au fait de vouloir avoir des étudiants en nombre ou pas. Dans ce milieu, les professeurs que je rencontrais ici en France, n’étaient pas clairs sur ce point, tous désirant la célébrité et l’argent. Je m’éloignai alors de ce monde. Néanmoins, cela devint la manière de « gagner ma vie ». Gagner sa vie, je le découvrirai un peu plus tard, est d’une autre dimension. .

L’argent n’étant qu’une banale conséquence et qu’il ne pouvait être en aucun cas une affaire, alors rien ne changerait au chemin emprunté. OUI saisir les mots trop rares du maître, s’en emplir et les appliquer inconditionnellement. C’est la voie.

Partager fait partie de cette conduite. Parler régulièrement, se confier est aussi le sentier de l’arc.. Bien sûr mon tempérament souvent impétueux, mon niveau d’expérience très modeste, n’engage peut-être pas à se découvrir et à poser question, à ouvrir son coeur.

Pourtant sans demande, la pratique n’existe pas.

A propos de la pratique

La première page de notre site exprime l’état dans lequel le pratiquant se présente au Dojo et devant la cible.
Je ne vois plus du tout cette conduite innocente du pratiquant qui lui permet de démarrer la pratique.

OUI démarrer l’étude commence par cette acceptation. Elle est mystérieuse. Alors on ne se préoccupe pas de l’énigme mais on peut deviner que le remède est dans le « faire » contenu dans la Voie.

Pour rentrer dans ce mystère il faudra se donner, prendre ce risque ignoré. Accepter d’être chamboulé !
Plus personne ne semble intéressé par : QUI, IL pourrait être, tirant à l’arc. Plus personne ne semble souhaiter une transformation et quitter la médiocrité.

Plus personne n’observe l’invisible. Là encore ce n’est point l’indiscernable qui prime mais le « guetter » .....la vigilance.

La quête du trou dans la cible s’affirmerait comme le seul programme abordable...

Les remarques même légères déclenchent des vexations, des bouderies et même parfois des pleurs.
J’ai souvent sangloté mais une seule fois devant les mots fracassants du maître. Les autres fois, suite à un entrainement intense, cette émotion jaillissait sans que j’en discerne l’origine.

Il semble impossible de sortir ou de vouloir sortir de la raison (tirer sur la corde.)
Il semble impossible de vouloir un bras gauche qui ouvre.
Il semble impossible d’écouter et de se maintenir à l’écoute.
Il semble impossible d’appliquer et se maintenir dans l’application.
Il semble impossible de regarder sans analyser sans penser, sans comparer. Il semble impossible de vouloir s’ouvrir.

Confessions

Au fil des années, les corps des pratiquants de longue date, vieillissent, quoi de plus normal et tellement intéressant. Les maux, les habitudes se révèlent pouvant être de lourdes charges pouvant révéler un nouveau chemin de conscience dans la paix de l’ acceptation. Le peu de forces acquises par les années de pratiques servent un égo étroit où l’ouverture de coeur s’amenuise. Pourtant si nos capacités physiques indéniablement baissent, cela serait au profit de plus de relâchement, d’ouverture, d’empathie, d’un coeur aimable, d’une brillance, même si les traits ne parviennent plus dans la cible.

La quête du « sans Rien » de cette conscience éclairée dont on ignore tout, demeure pour nous tous probablement un étrange domaine, une brume vague et lumineuse se tenant pourtant tout près dans notre vraie nature.

Par contre la vigilance, la noble attention fera de notre vie une embardée joyeuse et un peu d’humanité donnera à ce lieu et à notre monde la bouffée d’air qu’il lui fait profondément défaut.

Chaque petite chose qui anime notre corps, nos émotions, nos pensées, vibre avec des conséquences inimaginables, inconcevables. Pratiquer c’est laisser venir à soi, anoblir, trouver les antidotes, laisser se transformer, rendre la beauté, c’est « Kyu Do » et « Yumi no Michi. »

Guider, voire enseigner ne se résume pas à dire ce qu’il faut faire, mais c’est se donner tel un vent tourbillonnant dans le corps et le coeur du tireur. Pratiquer, c’est appliquer à soi même les vertus que prodigue l’arc.
La paix en est l’enfant.
                           Yusen

“ L’art de vivre consiste à garder intact le sentiment de la vie et à ne jamais déserter le point d’émerveillement et de sidération qui seul permet à l’âme de voir ”
                        Christian Bobin

difficile

Comment trouver sa joie de pratiquer dans une chose pour le moins difficile.
« Difficile » n’est qu’une raison, un produit collectif d’un mental trop limité.
Il n’est que la cause d’un désir d’aboutissement que l’on voudrait programmé.
Il est une injure à une évolution globale et inéluctable. Ce mouvement sans retour glisse en spirale, c’est la vie qui ne se soucie point du temps.

Notre terrain est non seulement propice à cette histoire mais conçu pour Elle. Comme une terre pouvant accueillir une jeune pousse qui s’épanouirait dans un dédale végétal non par chance ou par hasard, mais dans une sorte d’intuition globale et impensable.
La graine aspire sa pousse.
Pratiquer c’est CELA. Pratiquer c’est Vivre. Vivre est la liberté d’évoluer dans un tout, par un tout, pour le tout. Participer à sa propre évolution et son propre aboutissement inconnu, inconcevable, inimaginable.
Chaque être sensible à nos côtés vogue dans cette spirale, chacun conduisant et soutenant l’autre. Toute attitude personnelle nie le grand tout, la grande onde, la magnifique ronde.
Permettre par la pratique juste des Kihons c’est enrayer la dégradation de nos énergies vitales dans nos organes autant que dans notre coeur. Ainsi notre évolution participe et contribue à celle de l’univers dont chacun de nous est un grain flamboyant, et cela bien avant d’avant.

                                                                                Yusen ??

inconfort

La vrai pratique n’est pas confortable.
Elle est tournoiement, ardeur, audace, poigne, cela générée par le maître d’oeuvre.
Rien n’est autoritaire ni despotisme.
* C’est un feu qui génère les lois de la pratique.
* C’est une vague bleue qui lave et parfois noie.
* C’est un vent qui renverse les choses trop établies.

La pratique œuvre a transformer quelque chose en nous bien au delà de ce qu’il est possible d’imaginer et presque à notre insu.
Loi des vertus du Féminin, du Masculin dans l’équilibre des fleurs, de l’arc, de l’union Aiki..
L’inconfortable de ne point réussir est la clé de la joie à étudier et à répéter.
Cette intuition, cette attirance guidera notre motivation. Sans cela la répétition de nos gestes sera une peine trop importante pour un égo illusoire. L’échec devient duperie, la réprimande génère aveuglement plutôt que hardiesse et lucidité.

                                                                   Yusen ??

 

sévérité

Il est primordial de découvrir que la sévérité est protectrice, alors on se laisse coller à elle comme un bien précieux.
Plus personne ne fait cela dans le Dojo d’où cette décadence de la pratique.
On peut dire aussi que le bras gauche ne peut fonctionner sans l’abandon de la main droite. Sinon, cela s’appelle « compromis » qui est un moyen de vivre plus ou moins agréablement dans le monde de la vie tous les jours ( politique, conflit, travail, famille, loisir) il n’est pas de mise dans le monde de la pratique (sentir, intuition, invisible….)

                                       Yusen ??

 

Le Soutien

Quelques sujets à réflexions

Méditer est existentiel

La pensée est la plus grande des superstitions.

Le mental est essentiellement égocentrique.

La conscience ne peut être produite que par quelque chose qui n’a pas la propriété d’être conscient . 

                                                Yusen

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén